L’agressivité comme élément de toute communication chez les chiens ?

comportement agressif et communication chez les chiens en laisse ou non avec un berger allemand et un golden retriever

Comme toujours, je voudrais rester objectif et ne pas négliger notre langue allemande et nos définitions valables. Surtout dans le domaine du dressage et de l’entraînement des chiens, mais est souvent formulé de manière inexacte et/ou (mal) copié. Il y a alors rapidement sur les médias sociaux et autres sites des opinions mal recherchées à nouveau. Commençons donc par la définition de l’agression :

Pschyrembel : (anglais aggression)

« Comportement dirigé contre des personnes ou des choses avec l’infliction de violence physique ou psychologique, par exemple en cas de peur ou de menace de perte de pouvoir, qui est à la fois génétiquement inhérente et déclenchable par réaction ».

Dans une version plus ancienne, elle disait : « terme général pour tout comportement d’attaque des humains et des animaux qui est dirigé contre d’autres individus ou contre eux-mêmes (auto-agression) et qui est le traitement (défense, réaction) d’un état de peur antérieur ».

Dans ce contexte, ajoutons aussi tout de suite la définition de la peur :

Pschyrembel : (anglais anxiety, fear)

« état émotionnel perçu comme désagréable, mais néanmoins vital (parce que signalant un danger), avec pour motivation centrale d’éviter ou de parer un danger et, dans certaines circonstances, des symptômes psychiques et physiques concomitants ».

Définition de la communication :

Pschyrembel : (lat. communicare).

« Processus de transfert d’informations entre des individus utilisant des moyens d’expression verbaux et non verbaux (gestes et expressions faciales), par lequel, outre les informations factuelles au sens strict, des relations sont définies et des messages sociaux complexes sont échangés (métacommunication) ».

Agression dans le règne animal

Wikipédia :

« Dans le règne animal, les comportements agressifs sont très répandus. Elle est interprétée par les biologistes du comportement comme servant la compétition directe pour les ressources ou pour la nourriture (compétition interspécifique et intraspécifique), la défense du territoire, l’établissement ou la modification d’un ordre de classement, et aussi la compétition pour un éventuel partenaire sexuel ».

À la lumière de ces définitions, je ne considère pas du tout l’agression comme faisant partie d’une communication, et certainement pas comme un comportement « normal ». L’agressivité peut être considérée comme faisant partie de la communication lorsqu’il s’agit de violence psychologique (menace).

Mais qu’est-ce qui est peut-être mal compris ?

Le comportement expressif ou le langage corporel du chien est une base fondamentale et importante pour comprendre le chien et sa façon de communiquer. Ce que les humains peuvent interpréter à tort comme un comportement agressif (expressif) peut n’être qu’une partie de leur communication comme des signaux d’apaisement pour éviter qu’une confrontation physique ne se produise au départ.

« La motivation pour exercer une agression est la peur et l’insécurité » – c’est peut-être le cas, mais ce n’est pas forcément le cas. Voir la prédisposition génétique pour en savoir plus.

Quel est le rapport avec le dressage des chiens ?

Eh bien, les gens aiment parler du comportement de peur (la peur de perdre son intégrité physique) en termes généralisés pour les chiens qui s’en prennent à d’autres chiens lors de promenades, et considèrent cela plutôt que comme un comportement de domination.

En tant que bons dresseurs de chiens, nous devrions envisager toutes les possibilités et aussi différencier les différences subtiles de la peur par l’observation. Le modèle expéditeur-récepteur en matière de communication, en particulier, peut apporter un éclairage important à cet égard.

Restons sur le modèle de l’agression due à la peur et examinons d’abord différentes comparaisons pour comprendre la terminologie :

Une personne fait la queue à la caisse, l’enfant de la mère devant lui crie depuis le début, la personne derrière lui le frappe légèrement avec le chariot pour la énième fois. La personne perd ses nerfs, martèle la poignée du caddie et crie en haut de sa voix « Ouvrez enfin une autre caisse ».

Cette personne a-t-elle un comportement agressif ? Selon la définition, oui, physiquement contre la poignée du chariot et psychologiquement en criant (ce qui est considéré comme de la violence psychologique, bien que tous les individus ne soient pas impressionnés par cela).

La peur est-elle la cause de l’agression ? Enfin, peut-être sur le plan psychologique, mais en général, je le nie maintenant. Ce sont plutôt des processus physiologiques qui « font brûler les nerfs » (épuisement, stress, etc.).

Une autre comparaison avec le monde réel :

Un parent saisit le bambin en s’approchant du bord du trottoir, l’attire vers lui par une secousse, et le gifle ou le secoue fort, en lui criant éventuellement dessus. Probablement ou peut-être, le parent lui-même doit avoir vécu une telle réaction avant (c’est-à-dire une réprimande physique) pour agir de cette manière, je ne suis pas en mesure de juger cela maintenant, mais cela doit être considéré comme un sujet distinct.

Ici, nous avons définitivement affaire à la peur. Mais il faut faire la différence. Est-ce, dans cette fraction de seconde, principalement la peur du parent de perdre l’enfant dans un accident ou la peur que l’enfant fasse quelque chose de « stupide » et se retrouve à la rue ? Alors, la peur est-elle directement liée au parent ou est-elle projetée sur le destinataire de l’agression ? Il y aura probablement une certaine combinaison ici, mais du fait que l’enfant n’était pas encore dans la rue, mais que l’on a vu que cela se produisait (voir aussi le principe de confiance dans la circulation routière), le manque de confiance (à juste titre) pourrait créer une sorte de peur par procuration.

Nous avons maintenant deux exemples de comportement humain et nous les appliquons maintenant à une relation homme-chien :

Maintenant, pourquoi un chien montre-t-il un comportement agressif envers un autre chien quand cela se produit par peur ? Est-ce toujours la peur du chien lui-même ? Ou peut-il s’agir d’un représentant du propriétaire ? Observez attentivement vos clients dans leur interaction avec leur chien ! Prenez le temps d’obtenir des résultats durables et de garder des clients satisfaits !

Nous savons que les animaux, mais aussi les chiens, ont une sensibilité beaucoup plus forte que l’adulte, l’être humain stressé dans notre société moderne. Combien de fois arrive-t-il que l’être humain réagisse au stress à l’approche d’une telle rencontre et transfère ce sentiment au chien. Dans une telle constellation, le chien prend éventuellement la relève pour protéger son maître ou sa maîtresse plutôt que d’agir par peur.

Donc oui, la peur est une cause possible d’agression, mais s’il vous plaît, essayez toujours de les différencier.

« Dans la nature, ils ne trouvent pas de canidés trop agressifs, … » Je pense que c’est une déclaration très audacieuse et douteuse. La nature « sauvage » est cruelle, vraiment ! Si la progéniture d’une autre meute est tuée pour éviter de devoir éventuellement partager les maigres ressources, alors je considère que tuer est le summum de l’agression. La question de savoir si quelque chose est « exagéré » doit toujours être considérée dans son contexte.

Il y aura toujours une cause d’agression, qui doit être trouvée, non seulement selon un modèle, mais individuellement ! Trop souvent aujourd’hui (notamment via Internet), les connaissances sont transmises de manière inexacte ou maladroite et trop de personnes prennent alors très vite le contenu transmis pour « absolu ». Les effets peuvent alors être observés quotidiennement. Nous devons montrer les possibilités, même si ce n’est pas si facile, par écrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *