Le rôle d’Alpha – Comment montrer à mon chien que je suis le patron – ehmm ?

La soi-disant roulade alpha avec le chien – qu’est-ce que c’est en réalité et est-ce que je m’affirme ainsi comme un « patron » ?

On m’a demandé à maintes reprises ce que je pensais du soi-disant roulement alpha. Je dois avouer que, plus que de prendre un air perplexe et d’admettre que je n’ai aucune idée de ce que cela devrait être, je ne pouvais pas.

On m’a alors répondu qu’il s’agissait plus ou moins de pousser le chien au sol ou quelque chose comme ça. Il ne s’agit donc pas de projections techniquement sophistiquées comme celles du judo, comme vous pourriez l’imaginer.

Maintenant, je pouvais enfin prendre le temps d’aller au fond de ce terme. Il s’agit évidemment de retourner le chien dans certaines situations sur le côté ou sur le dos (et de le fixer dans cette position) pour lui montrer qui est le « patron » et qui a le « droit de parole ». Souvent le terme de dominance est amené ici, mais je ne veux pas le lier ici. Vous pouvez lire la raison dans l’article La dominance dans l’éducation canine.

Assez banalement réduite, elle est sans doute généralement considérée comme un moyen d’arrêter un comportement indésirable. Et là, je redeviens prudent et commence à faire la différence.

Je prétends que dans 99% des cas, il sera tout simplement absurde de vouloir se débarrasser d’un comportement indésirable du chien de cette manière, surtout s’il s’agit de situations en fait « inoffensives », qui ne sont alors même pas dirigées contre le propriétaire du chien (ou celui qui effectue ce « lancer »). Cela n’a RIEN à voir avec la FORMATION et l’ÉDUCATION !

L’idée du rouleau alpha vient probablement de l’observation de la façon dont les chiens ou plutôt les loups se comportent entre eux et c’est là que nous trouvons bien sûr de tels « lancers » ou « techniques de fixation ». Eh bien, cela a juste avec les chiens vivants sauvages ou encore mieux comme un exemple avec les loups tout à fait clairement ses raisons, aussi à travers différents. Ici je voudrais noter qu’aussi les enfants (au moins dans les temps passés surtout les garçons) dans le jeu social avec un autre « scuffle » et un « positionnement » « test » et/ou aussi « combat pour ».

Mais vous n’êtes pas en compétition avec votre chien !

Et maintenant, j’en arrive au point où vous « oseriez » utiliser ce lancer alpha ? Lorsque vous êtes sûr de ce que vous faites ? Quand VOUS avez la CONFIANCE en votre chien qu’il ne vous fera pas de mal ? Si vous êtes physiquement supérieur à votre chien ? Faites-vous cela même avec une race de chien forte ? Avec un chien qui a déjà mordu un être humain ? Qui serait certainement physiquement supérieur à vous (et ici, réfléchissez encore une fois au type de confiance que vous avez réellement dans votre chien et si cette confiance justifie de telles actions).

S’il vous plaît, réfléchissez bien et remettez en question une telle « technique » et demandez-vous si cela vous semble encore raisonnable et approprié sous quelque forme que ce soit…

Mais c’est également ici que j’en viens au point où je fais à nouveau la différence. Aux chiens qui peuvent présenter un comportement problématique « réel », aux chiens agressifs, aux chiens qui ont peut-être déjà mordu et aux personnes qui ont de l’expérience avec ces chiens. Je ne veux pas exclure de manière générale (bien que je le ferais probablement dans 99% des cas) que certaines techniques puissent éventuellement mener au succès. Cependant, je m’adresse à des personnes du terrain qui ont déjà essayé toutes les alternatives dans un cas précis. Des personnes qui savent exactement ce qu’elles font et qui n’agissent pas à partir d’une fausse position de « super-héros ». Et je parle surtout de chiens dont l’homme a déjà fait un problème dans le passé. Nous ne parlons certainement pas des cas quotidiens ici !

Mais je ne sais pas, surtout à quel point un changement positif peut être durable dans ce cas. Je n’ai pas vraiment envie de devoir l’essayer. Je sais en tout cas que, même s’il y a eu de fantastiques formations de resocialisation basées uniquement sur le renforcement positif sans interaction physique, elles n’ont pas non plus abouti à un changement de comportement fiable et durable. Personne ne voudra jamais mettre sa main au feu pour cela. Pour que les choses soient claires dès le départ : Avec « l’interaction physique », il n’est absolument pas question de « force brute », je pense que cela doit être clair !

Ai-je moi-même déjà utilisé le lancer alpha (inconsciemment, puisque je ne connaissais pas le terme) ?
Oui, en fait, je l’ai fait, au moment où j’écris ces lignes, cela m’est venu à l’esprit.

Suite à une certaine « agression », agression comme une forme de peur, peur pour ma chienne nouvellement opérée. Parce que mon chien mâle ne l’avait pas laissée seule – mon vétérinaire m’avait quand même prévenu qu’après une telle opération ou anesthésie, l’autre chien vivant dans la maison pourrait réagir bizarrement au chien opéré, pourrait ne pas le reconnaître correctement.

Peut-être était-il simplement heureux qu’elle soit de retour et ne comprenait-il pas qu’elle ne pouvait pas s’ébattre comme ils en avaient l’habitude. J’avais très peur que les points de suture s’ouvrent, mon chien mâle était hors de lui et ne réagissait plus. Oui, là, je l’ai poussé au sol, par excès, parce que je ne savais pas comment m’aider autrement. Je n’arrivais pas à l’éloigner d’elle d’une autre manière. J’étais en colère, vraiment en colère, mon chien mâle s’est senti oppressé et a ensuite montré une résistance active. À l’époque, je ne connaissais pas les termes exacts, mais ma compréhension m’a rapidement montré exactement ce que nous enseignons et enseignons aujourd’hui – il ne voyait pas d’autre issue que de se défendre activement avec ses moyens.

La situation s’est bien terminée, bien sûr, car j’ai rapidement compris moi-même et ce qui se passait. Je me souviens même que je m’étais excusée et que, tout en le câlinant, je lui avais fait part de mes inquiétudes. Il avait déjà compris. Nous étions une famille.

Cela avait-il un sens de faire cette action ? Très clairement non ! Cela a conduit à un conflit. Il aurait été préférable de l’enfermer dans une pièce et de s’occuper d’abord de la chienne, puis de s’occuper de lui en paix.

Cette litière a-t-elle donc sa place en tant que méthode d’éducation « commune » ? Là aussi, c’est clairement non ! Mon exemple devrait le montrer, simplement parce qu’il ne s’agissait pas d’une action de formation planifiée mais d’une action résultant d’une demande excessive.

La raison pour laquelle je dis cela est à nouveau le point qui est si important pour moi, qu’avant tout nous devons également répondre à nos clients en tant que personnes, comment VOUS vous comportez en tant qu’HOMME avec leur chien. Nous devrions être capables de reconnaître les demandes excessives et faire attention aux instructions. Nous devons également être compréhensifs et sensibles à l’être humain. C’est un aspect très important pour pouvoir aider une équipe homme-chien de manière durable et bien ciblée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *