L’empreinte chez les chiens – un facteur à prendre en compte pour l’éducation et la vie en commun ?

Chien aux yeux bleus et au pelage noir derrière une clôture dans un refuge pour animaux, dans l'espoir d'être sauvé et d'avoir un nouveau foyer.

Comme déjà abordé dans mon article précédent 👉 « Façonné par les chiens de refuge – Le monde est coloré et diversifié », une déclaration sur le concept de l’imprégnation avec référence à Konrad Lorenz m’avait fait réfléchir.

La déclaration vient d’un entraîneur, que je ne connais pas personnellement, mais son genre néanmoins quelque chose de positif jusqu’à présent peut gagner. Mon propos n’est donc pas de critiquer ou même d’attaquer cette personne ou cette déclaration de manière isolée, mais plutôt de jeter un regard critique sur une tendance qui pourrait s’établir en général.

De quoi s’agit-il en fait ?

Il s’agit de l’éducation canine et de l’attention que le chien porte à son maître. Que ce soit lors de rencontres entre chiens ou lorsqu’il s’agit de ramasser de la nourriture, appât potentiel du poison.

Il a notamment déclaré qu’il ne pensait pas grand-chose des soi-disant « écoles pour chiots » où les jeunes chiens « apprennent » la socialisation en groupe, entre autres choses.
« Le jeune chien ne doit pas du tout apprendre qu’il peut s’amuser avec d’autres chiens et doit plutôt se concentrer sur son maître ».

Donc ou quelque chose comme ça, ce n’est pas censé être une citation il décrit la stratégie, fondamentalement compréhensible. Une stratégie qui vise à faire en sorte qu’un chien ne recherche pas de manière permanente et active le contact avec d’autres chiens plus tard dans sa vie.

Et encore une fois, ce n’est pas d’une personne mauvaise ou inadmissible que vient cette déclaration. Au contraire, il s’agit certainement d’un bon éducateur canin qui peut apporter des connaissances pratiques. En outre, il ne faut pas considérer certaines déclarations comme trop isolées, car ce n’est pas qu’il ne permette pas à ses chiens d’avoir des contacts ou qu’il les rejette en général. Il s’agit déjà beaucoup d’aspects des stratégies d’entraînement.

Je ne vais pas écrire le contenu de la conférence d’Udo Gansloßer sur le développement du chiot ou les recherches de Konrad Lorenz sur le sujet de l’empreinte. Vous pouvez trouver suffisamment de littérature, de conférences, etc. sur ce sujet.

De quelle tendance possible s’agit-il ?

J’ai l’impression, et il se peut que mes informations, inondées par les médias sociaux et l’Internet en général, soient erronées, qu’ici, dans certaines régions, la tendance est de plus en plus forte de vouloir se déplacer avec son chien, sans être dérangé, uniquement dans l’équipe personnelle, sans autre contact avec d’autres équipes homme-chien, librement et sans être dérangé, dans la région.

Donc, maintenant, lentement, étape par étape. D’une part, la réalité, loin du monde électronique et virtuel de l’Internet, me montre que les chiens et les propriétaires de chiens ont toujours, comme il y a 30 ans, des contacts et des échanges sociaux animés. Cependant, et cela peut me sembler seulement subjectif aujourd’hui, on voit aussi de plus en plus cette attitude de « rejet du contact » dans la vie réelle.

Mais alors, qu’est-ce qui a pu changer ? Peut-être est-ce l’attitude d’aujourd’hui à son égard et la « demande » proactive de son « espace ». Comme une bulle d’énergie de science-fiction que l’on veut savoir autour de soi. Oui, je pense que c’est ce que je peux observer dans un sens négatif.

Est-ce que j’ai de la compréhension pour de tels désirs et est-ce que je peux les comprendre ?

Mais clairement, bien sûr, très clairement même ! Si j’étais moi-même, à un moment donné dans le passé, devenu soudainement l’un de ceux qui voulaient avoir leur « paix » auprès d’autres équipes homme-chien. MAIS, là j’ai pris soin pro-activement de ma distance, de ma « bulle de protection ». Je suis sortie au large, par mauvais temps et aux heures les plus impossibles avec mes chiens. Là je n’ai pas traversé les foules, moi présomptueux que tous les autres peuvent maintenant éviter, c’est probablement la fine différence.

Revenons à l’imprégnation et aux écoles pour chiots, aux groupes de jeu pour chiots :

La loi sur la protection des animaux stipule :  » Quiconque détient un animal doit veiller à ce que … la possibilité de contacts sociaux, en tenant compte de l’espèce, de l’âge, … « 

J’espère que mon cercle de pensée peut maintenant se refermer pour l’un ou l’autre lecteur – l’abstention supposée, liée à l’entraînement, des groupes de chiots ou de jeux de mon jeune chien, afin que je puisse avoir la vie « plus facile », « plus confortable » peut-être dans la coexistence ultérieure avec mon chien en tant qu’être humain. Le chien doit me suivre gentiment, « fonctionner » comme je le veux. Car s’il ne sait pas combien il est agréable d’avoir des contacts avec d’autres chiens, il ne voudra pas aller vers eux tout le temps. D’une certaine manière, cette attitude me rappelle Mogli (en fait Mowgli), l’enfant trouvé qui grandit avec les animaux dans la jungle…

Bien sûr, nous souhaitons (presque) tous des rencontres canines sans problème, que nous n’ayons pas à répondre constamment et en permanence, et surtout de manière « épuisante », aux désirs ou plutôt aux émotions de nos chiens. C’est pourquoi nous éduquons nos chiens et c’est pourquoi il existe des éducateurs canins qui nous soutiennent dans cette démarche. Nous devons également éduquer les enfants et leur faire comprendre qu’il ne s’agit pas toujours de leur volonté.

Mais tout comme je ne dois pas forcément emmener mon jeune chien à l’école des chiots, je ne dois pas forcément emmener mon chien au centre commercial alors qu’il n’est peut-être pas fait pour ça.

Je ne m’élève même pas contre les équipes homme-chien « isolées », qui peuvent fonctionner à merveille avec nos chiens de maison aujourd’hui, je pense, néanmoins je pense qu’il y a beaucoup de contacts sociaux spécifiques à chaque espèce. Et surtout, je dois accepter que d’autres équipes homme-chien pensent différemment. Le contact n’est pas toujours nécessaire, mais je ne dois pas non plus l’empêcher par la force.

Autour d’un certain contact, nous ne nous déplacerons pas. Une « indignation » à cause de cela, telle qu’elle se produit aujourd’hui peut-être occasionnellement de plus en plus, avec des justifications douteuses dues à de prétendues preuves empiriques ou, dans un terme probablement mieux inventé à l’époque pandémique, à des preuves scientifiques, je la considère comme exagérée. Après tout, je suis régulièrement « baratiné » par des mendiants, des vendeurs, des dénicheurs, etc. sans les insulter ou les condamner immédiatement.

C’est une question importante pour moi car je partage bien sûr le désir de pouvoir tenir mon chien à l’écart de rencontres potentiellement indésirables. Mais surtout, je comprends très bien les propriétaires très responsables de « chiens à problèmes » qui évitent activement tous les dangers et ne veulent que leur tranquillité. Parce qu’il n’est pas non plus compréhensible qu’ils doivent faire face à une « indignation » envers eux-mêmes et leur chien, si un autre chien vient simplement courir vers eux et que cela entraîne un contact inamical.

J’ai déjà écrit sur ces sujets dans les articles « Laissez les chiens jouer – les adultes ne jouent pas ? » et « Laissez les chiens (en laisse) s’affronter ».

Il faut à nouveau faire preuve d’une plus grande attention et d’une plus grande vigilance, car les propriétaires de chiens à problèmes, en particulier ceux qui sont responsables, peuvent être reconnus assez facilement par leur langage corporel et leurs actions. Le langage corporel des humains ne doit pas non plus être négligé lorsqu’il s’agit de rencontres avec des chiens. Seuls les signaux communs des humains et des chiens permettent d’obtenir une image globale qui devrait nous inciter à adopter nos propres comportements (une approche de l’autre ou une évasion).

J’espère que ce n’est qu’un petit extrait d’observations, que j’ai pris négativement, parce que je ne veux pas d’un monde canin dans lequel nous nous maintenons avec des masques (muselières) en permanence à une distance de 2 mètres les uns des autres. En cas de pandémie, cela a au moins encore une raison concrète, limitée dans le temps.

Conclusion :

Que je participe ou non à un groupe de jeu pour chiots avec mon jeune chien. Donner au chiot uniquement avec mes chiens déjà existants le contact avec ses congénères ou autre chose – chacun doit faire ce qu’il pense être juste et correspondre à une situation de vie individuelle.

Mais si je refuse vraiment au chiot le contact (étendu ?) avec d’autres chiens ou si je le limite fortement, de sorte qu’il n’apprend pas à quel point il est cool de jouer avec d’autres chiens, alors je considère que c’est une stratégie d’éducation très étrange. Je ne le recommanderais pas.

Pas de critique émotionnelle de ma part, pas de mise à terre, juste mise dans la pièce et remise en question…..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *